04/07/2000

     

 

 

 

26 juin 2000
Spiritual makeup

19 juin 2000
Je me souviens.

12 juin 2000
Motel Murders part 1

6 juin 2000
Babel des Troubles y de Santa Sangre.

25 mai 2000
IS EVERY ONE CONFORTABLE ?

 






Les chainstores de l'engagement.

L'action se passe dans un coffre d'auto. Le comédien est dans un sac de couchage, les pieds coulés dans le ciment.. Dans le noir on entend le bruit régulier et monotone des roues qui sautent sur les joints d'un pont.

On est né avec une boite à lettre piégée sur la langue, avec un coffre d'auto rouge sang du seul meurtre politique depuis que "je me souviens", on a embrassé notre première blonde entre un oui et un non, pis elle nous a laissés en disant "si je vous comprends bien vous êtes en train de me dire à la prochaine fois''. Venu l'age de faire des enfants, on s'est encore retrouvé coincé entre un oui et un non, indécis, pis quand ça c'est mal passé, on a blâmé ça sur l'autre, sur les immigrés, sur ceux qui comprènnent pas quand je parle contre eux, vu qu'ils parlent pas français, s'tu incroyable ça comme ingratitude, il parle pas français and they steal our jobs, eux qui viennent de toutes les guerres pis qui peuvent ben y retourner vu que Le Québec aux québécois, fait que ça doit-être de leurs faute. À eux pis à l'argent, c'est toujours la faute à l'argent. Fait-qu'on pas eu de bébé, mais on s'est pas séparé. Engagez-vous qu'ils disaient…

Depuis ce temps là, quand ils m'appellent, ma ligne est engagé.

Mais, maintenant je regarde autour, je regarde le vide hypothermique, la politique ambidextre qui sait plus la différence entre sa gauche et sa droite, je regarde dehors pis je vois bien qu'il y a personne pour m'engager, je regarde ma télévalium, avec la même maudite émission en fin de soirée quand je sais plus où sortir, comment sortir, (pourquoi sortir anyway ?), fait que je regarde la télévalium, les info-politiquo-pub, pis j'attends de m'endormir.
Mon engagement est tablette, j'y mettrai même pas de sel pour qui pétille.
Mon paradis est une banlieue, mon boulet c'est mon gazon de 9 à 5, congés payés, ma liberté a pas besoin d'être réel, elle est REER. Le monde n'est plus à changer, il est à vendre. Les chainstrores qui me gardent en chaines font le commerce de l'engagement. Au poid. Taxable. Ils en font la traite, ils regardent les dents. 2 + 2 = 5, c'est dépassé, maintenant, on laisse les autres compter, nous y faudrait pas qu'on manque l'émission, de toute façon on est libre de changer le poste.
Pis pourquoi descendre dans la rue, on est rendu tellement, je connaîtrai personne, pis il y a tellement de monde que les autres ont du s'en occuper, moi, je suis trop occupé de toute façon ça sert à rien, de quoi on se plaint ? On est le pays avec le plus haut niveau de vie, fais qu'on a pas de raison de se suicider, pis le fait que notre si haut niveau de vie soit dépassé juste par notre taux de suicide prouvent que ce monde-là ont rien à faire, pis pourquoi il ne vont pas travailler ? de toute façon, moi, je ne peux pas eux, je suis trop occupé.
Parce que pour être engagé, moi, je suis engagé, je vais me marier, avec 1.6 chiens, piscine-tondeuze-laveuse-secheuse comprise, tu comprends, il faut que je paye mon loyer, mon pay-per-view, mes petites soirées, mes prostituées, je paye au mois, au poste, à l'heure, à la pipe, j'y tiens moi, à ma liberté. Plus personne veut se faire engager, on est tous sur le pay-role de la Société Des Loisirs Inc.
Oh Canada ! next state of America. Vote for me and i'll set you free, as long as you pay you can play.

Mon playstation peut envoyer tes ogives sur la lune, mon amour est un ILOVEYOU.com virus, je fais du pouce sur l'autoroute électronique, dans le vide total, devant un écran blanc, en cellule dans mon cellulaire, en attendant ma liberté 55.
Mais il y en aura toujours un qui ne pourra plus attendre la petite boule 55, le numéro extra à la loto, qui aura collé sa langue sur son playstation, qui aura violé sa petite télé couleur pis après, il l'aura lancé, le même qui voudra plus payer son motel à l'heure, qui ne sais plus sa gauche de sa droite, qui a appellé mais que la ligne était engagée, qui aimait le Roquet mais qui sait qu'on meurt seul, fait-que lui aussi il va vouloir la faire, la une, lui aussi, toute la une, pendant une semaine en plus, lui qu'on avait oublié, pis c'était quoi déjà son nom ? c'est la faute du vote ethnique, fais qu'il sort ses jouets, ses pistolets, y visite la polytechnique pis il se fait enlever l'épine du pied. All work and no play makes Jack a dull boy. Bang Bang Bang Lucky Luke. Il se fait enlever l'épine du pied. 15 minutes de célébrité.

Fait que je dis oui, il faut manifester, c'est pas tout de se suicider.
Même si le government regarde ailleurs, même si ça changera rien de manifester. Il faut manifester. Pas pour crier des slogans comme Le Québec au Québécois, because le vote ethnique and anyway they steal our job,
pas pour crier Le Québec est aux hors la loi, sauf la loi 101,
pas pour la loi 101, comme dans faschisme 101 pas de prérequis,
pas pour mandier un peu de respect, un peu de dignité, à genoux comme dans les marches de l'oratoire, pas pour se plaindre,
pas pour se dire qu'il y en a qui ont tout pis que toute les autres ont rien même si finalement c'est nous qui ont tout pis ceux qui on chaud qui ont rien, pis qu'ils ont rien parce nous on a des forfaits soleils, des forfaits soleils à perpétuité, des forfaits soleils comme une peine de mort... pas pour eux, pas pour changer le gouvernement, même pas pour changer le monde comme un poste i switch the world on channel 6, pas pour leurs dire qu'on existe,
mais pour se le dire à nous qu'on existe.
Pour se dire toi aussi tu vomis la nuit ? Toi aussi tu te sens dans un sac de couchage, les pieds dans le ciment, dans le coffre d'une auto, dans un embouteillage sur un pont plein d'autos avec elles-aussi, des coffres pleins, avec des plaques "Je me souviens" ? Toi aussi tu ne te souviens de rien, au coin de Papineau De Lormier ? Toi aussi, tu penses à augmenter les statistique déjà haute? Pis je parle pas de la hauteur du niveau de vie mais de la hauteur des buildings qui font de l'ombre, pis d'où l'on se lance. Toi aussi ?
Il faut rebrancher notre ligne, s'engager, lire des livres compromettants, retourner manifester, descendre dans la rue, crier ce qu'on pense, pas pour y croire, même pas pour ceux dont on ne se souviens pas, mais pour nous. Retourner manifester pour se manifester, fêter ou fesser, c'est au choix, pas contre eux, mais pour nous, pour qu'on revienne dans nos cuisines moins seul, pis que dans la cuisine de nos banlieue globale, on fasse l'amour avec n'importe qui, mais qu'on fasse l'amour, avec une Lybienne, une Chinoise, avec une Cubaine, sa salsa et sa porno communiste, avec une Anglaise même, surtout avec une Anglaise, pis qu'on y fasse des bébé, des petits terroristes.
Pour qu'on soit pas tout seul dans nos cuisines à regarder le poelle a gaz qui fuit vu qu'on l'a ouvert pis que le paquet d'allumette est bin proche pis que le gaz, c'est inflammable, même celui de Gaz Métropolitain.
Il faut pas garder ça en nous pis exploser. Il faut pas chuchoter que la vie est sale pis avoir honte de ne pas être heureux, y faut pas chuchoter que les US ont conquis le monde, qu'ils ont gagné la guerre du Viet-Nam vu que le pays est encore une merde pleine de mines qui n'attendent pas les traités pour peter, que les US ont recyclé les SS pour aller continuer leurs horreurs dans les cours d'écoles des amériques voisines, faut pas envoyer nos enfants dans les garderies d'Oklahoma, il faut pas refouler que l'espoir est un produit garanti un an seulement payable maintenant avec intérets composés, il ne faut pas croire à la réincarnation pour se faire accroire que dans la prochaine vie on sera heureux qu'au prochain référendum on sera heureux, il faut pas attendre d'avoir 55 ans pis un cancer pour être libre, faut pas attendre les circulaire pour acheter l'amour, faut pas louer notre cœur à l'heure, faut pas se fermer comme une télé. La vie est pas un quiz show, le monde est pas un supermarché. Pis même si on est 6 milliards, on est pas obligé de l'être seul.

Il faut retourner dans la rue parce que c'est là que sont les autres.
Parce que peut-être un jour au lieu de se suicider, il va falloir apprendre à mettre des bombes.

Streets cross borders
Stages are tanks
Books are bombs
Screens are mine fields
Poems are riffles
Paintings are treasure maps
Songs are true
beauty can make you free
sex is free, hope is free.

And if you are hungry
The chainstores are full of food
So go, take it
And eat.

Happy End

Ce monologue a été commandité par
Play-Station, Pay-per-Wiew, Le Parti Québécois, OXFAM Québec, Les Marchés Provigo, Coca-Cola, par la maison maire de la Banque de Montréal situé à Toronto, et bien sur par Gaz Métropolitain.