09/05/2001
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

Les intouchables.
Inflammable, insolvable, irrécupérable.

1 milliard de dieux en Inde qui vivent, qui meurent et qui mendient, qui isolent leur maison avec de la merde, qui boivent l’eau des morts, surhommes, suradaptés, transfigurés, qui respirent le smog par habitude, les yeux autodésinfectés, les poumons autonettoyants, les bronches co2, le sang immunisé. Tous les jours, les nouveaux dieux s’adaptent, l’homme de demain au système immunitaire nucléarisé, au visage masque à gaz, à la peau carbonisée apprend à naître et à mourir sur Mars. Même le soleil abandonne face au smog qui avance, même les villes capitulent devant le siège silencieux du désert, mais les hommes, eux, s’habituent, deviennent génétiquement modifiés, s’isolent avec de la merde, boivent le Gange putréfié, filtre de la mort, la bouche sur le tuyau d’échappement, le sang fluorescent.

La terre meurt, l’homme aussi par habitude, le soleil se voile, la musulmane aussi, l’homme devient rat, ou divin, il résiste aux hivers nucléaires comme la coquerelle, comme la sélection naturelle.

Peuple plastique, défiguré, pollué, albinos, ultra-résistant, entraîné, préparé pour le futur sombre, surpeuplé, dévisagé, acidulé, la peau comme du béton armé, les yeux protection U.V., les poumons raffinés et les excréments en uranium appauvri.

Ne me touchez pas, ne me mariez pas, je marche à reculons devant le Brahmane, je lave la merde et je balaie le pays. Je suis un OGM, même mon ombre est contagieuse. Je suis mutant. J’ai 3 yeux et six bras, je suis l’homme-dieu, le roi de demain, intouchable et inflammable.




motelmurders