01/08/2001
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

Le dernier bunker
Il y aura toujours quelqu’un pour échapper son savon dans la douche.

Texte écrit en 20 heures pour les soirées 20 heures et j’en veux encore… de la Langue À Terre, au Lion d’or, entre samedi le 31 mars et dimanche le 1er avril.

Dans le rôle de Jean-Paul 3 : Dany Michaud ; George Y. Bush : Daniel Desputeau ; Geisha Lewinsky-Clinton : Marie-Josée Normand ; Le cameraman : Philippe Ducros.

Scène 1

Jean-Paul 3 : En ce jour du 4 juillet 2033, dans la cité état de Salem au Vermont, capitale internationale des religions associées et du culte centralisé, Madame Geisha Lewinsky-Clinton et Monsieur George Y Bush, vous avez été reconnu par le jury devant moi (désignant le public) coupable des méfaits suivants soit :
Coupable de crimes économiques, de la faim organisée et des autres embargos dans tous les états qui refusent la politique de la pensée unique libérale et épiscopale
Coupable de la castration du Premier ministre des nouveaux états canadiens monsieur Claudel Toussaint,
Coupable de l’importation mondiale et généralisée des garderies d’Oklahoma, 5 dollars la bombe,
Coupable de l’obésité dirigeante
Coupable des désirs silicone et de la liposuccion du tiers-monde
Coupable de la mauvaise scénarisation des livres d’histoire.

Vous êtes donc passible à la peine de mort qui d’ailleurs, rappelons-le pour la petite histoire, a été mondialisée par votre propre grand-père, monsieur George w Bush.

George Y. Bush : Ne t’en fais pas mon amour, nous sommes américains.

Geisha Lewinsky-Clinton : Il va falloir jouer serré. Il faut que tu lui vendes notre point de vue, il faut que tu parles bien.

George Y. Bush : Bien parler, facile à dire sans scripteur…

Scène 2

Jean-Paul 3 : Madame Lewinsky-Clinton, monsieur George Y. Bush, il me fait plaisir de travailler avec des gens de classe et de renommée comme vous.

Geisha Lewinsky-Clinton : Tout le plaisir est pour nous.

Jean-Paul 3 : J’ai été élu pour être la balle, la corde, la chaise électrique d’un désir qui me semble universel. Lorsque Monseigneur Jean-Paul 2, dieu ait son âme et ses organes, m’a passé la flamme olympique de la foi chrétienne, il y a de ça trois semaines, il m’a dit du haut du miracle de ses 130 ans, il m’a dit, fiston, lorsque je serai complètement mort, tu deviendras Jean-Paul 3. Tu auras la tâche difficile et salissante, mais oh combien divine de solidifier mon rêve de l’église du dieu centralisé.

George Y. Bush : Mais monsieur, c’est ma famille qui a mit la divinité en bourse ! C’est nous qui avons acheté la compétition, qui avons imposé le monopole du sacrement du pardon, et qui avons fait de la terre, une immense serre pour le pâturage des moutons de dieu ! C’est nous qui avons monté la cote de l’église de la corporation plus haute que celle de Coca-Cola !

Jean-Paul 3 : Le vieux JP2 m’a dit ceci sur son lit de mort : maintenant que tous achètent le paradis comme un char usagé, tu as les clefs du futur en main. Pars le moteur. Et ne t’inquiète pas des mouches qui saliront ton pare-brise. Je parle donc au nom de la libre entreprise de l’église épiscopale, je parle au nom des actionnaires du sacrifice ultime, du NTR, le nouveau testament révisé, je parle au nom de moi, parce que je suis le berger, le bout du monde, l’après déluge. Vous devez mourir. Non parce que vous avez été plus coupables que vos ancêtres, non pas par besoin de justice, mais pour le bienfait de nos cotes d’écoute. Parce que dieu est en spécial. Et comme vous êtes beaux, forts et charismatiques, bref, vendables, vous saurez faire cela en toute noblesse. Qui d’entre-vous partira le premier ? Qui sera le tabernacle de la balle à blanc d’une société blanche et gagnante ?

Geisha Lewinsky-Clinton : George, en tant que ta femme, je crois qu’il est de mon devoir de me proposer pour ce grand ménage. Je veux en finir avec les mains sales Palmolive, avec l’arrière-goût de cyanure de mon sourire paparazzi, avec la façade d’organisme de charité de mes crimes organisés. Allez, laisse-moi prendre la première balle. Please, honey, sois gentleman, I swear, après tu pourras mettre ton cigare où tu veux !

George Y. Bush : Non my love, le first man, c’est moi. Depuis 4 générations que le pouvoir est dans la famille, le pays, c’est moi.

Geisha Lewinsky-Clinton : Mais que serais-je sans toi ? Je ne veux pas en plus laver ton sang. J’en ai assez de faire le ménage mondial, d’épousseter ton image, de passer derrière toi pour avaler les miettes. De serrer les mains des enfants contagieux pour gagner tes votes…

George Y. Bush : Je sais que tu m’aimes, baby, mais tu te dois d’être forte. I am the fisrt man. Pas toi. Compris ? Je serai le premier à mourir live on tv. J’exerce mon droit de veto. I’m the boss, le roi, c’est moi. Alors tu te soumets et tu suis ton président comme l’a fait ta maman. OK ? Le premier c’est moi. De toutes façons, rien n’est fini. Tant que j’ai la vie, j’ai la foi. Charlton Eston de la National Rifle Association va venir nous sortir d’ici.

Geisha Lewinsky-Clinton : Charlton Eston est mort, my love. Tu te rappelles ? Dans une école, en nettoyant son fusil, sept balles perdues. Sorry. C’est triste, je sais, mais nous ne pouvons compter sur lui.

George Y. Bush : Euh, bon. Embêtant. Très embêtant. Voyons, monsieur JP3, si vous me laissez en vie, je vous assure la présidence de mes usines de latex, vous pourrez réglementer complètement les manufactures de condoms, vous serez sûrs comme ça que personne ne prendra plus de contraception en Afrique, malgré le sida, je sais combien vous tenez à ce point…

Jean-Paul 3 : Je ne sais que dire monsieur y Bush, le public a appelé au numéro au bas de son écran et il veut votre mort.

Geisha Lewinsky-Clinton : Nous vous donnerons aussi accès aux fonds Nazis en Suisse pour vous permettre l’acquisition d’organes vitaux ou d’une papemobile ultrason ! Voilà ! Et euh, en plus, je vous donne comme cadeau de promotion, du temps d’antenne au Superbowl pour faire des miracles, allez, ne laissez pas passer une telle offre !

Jean-Paul 3 : Monsieur, c’est la télé qui décide ! C’est le nec plus ultra de la real TV.

George Y. Bush : Dans combien de temps, alors ?

Jean-Paul 3 : 20 heures.

George Y. Bush : Bon. Que faire pour passer le temps ?

Geisha Lewinsky-Clinton : Compter les morts.

Scène 3

Geisha Lewinsky-Clinton : 1 498 987 morts, 1498 988 morts, 1498 989 morts…

Que se passera-t-il ? Georges et Geisha se tireront-ils de ce traquenard politique ? Fumeront-ils un dernier cigare en attendant la mort ? Signeront-ils le protocole de Kyoto une fois pour toutes pour faire changer les votes du peloton ? Déménageront-ils en Floride qui en perdra ses côtes ? JP3 gagnera-t-il des cotes d’écoutes ?
C’est ce que nous verrons la semaine prochaine
Lors de la suite et fin du plus grand reality show
The Last Bunker!

Même poste, même heure.


 


motelmurders