08/08/2001
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

Le dernier bunker
Suite et fin
Comment vous sentez-vous ? Entre de bonnes mains ? Ouvrez grand maintenant.

La semaine dernière nous avons vu le procès télévisé oh combien tragique de George Y. Bush et de Geisha Lewinsky-Clinton par Le nouveau pape Sa Sainteté télégénique Jean-Paul 3 le one and only représentant du Dieu de la Nouvelle Église Centralisée. Le Number One des États-Unis de l’Amérique Mondiale et sa femme ont été condamnés à mort par le numéro en bas de l’écran. George et Geisha essaient de sauver leur peau respective comme d’autres participent à un Quiz télévisé, avec le sourire.



Scène 3


Geisha Lewinsky-Clinton
: 1 498 987 morts, 1498 988 morts, 1498 989 morts…

Scène 4

George Y. Bush : Oui, je suis responsable de l’anéantissement de l’Irak, des 6000 enfants qui y meurent chaque mois depuis 1990 dû à l’embargo et à l’uranium appauvri, mais vous avouerez monseigneur que ce ne sont que des musulmans ! Vous m’accorderez aussi la grande victoire de nos peuples lors de l’inondation totale du Liban donnant ainsi accès à la mer à Israël ! C’est t’y pas beau ça ? Allez, vous savez, God is on our side et tout le tralala !

Jean-Paul 3 : God is on my left side monsieur Y Bush, dans mon gunpocket, et il n’est pas responsable des balles perdues, tout comme la direction n’est pas responsable des objets ou des civilisations perdues.

George Y. Bush : Je vous fais ma confession, monseigneur…

Jean-Paul 3 : Faites-la plutôt à la caméra mon fils. Les spectateurs sont avides de réalités et de témoignages.

George Y. Bush : Je voudrais présenter mes excuses à ma nation, la terre. Oui, je vous ai baisés, mais il n’y a pas eu de pénétration, c’était juste du oral sex ! Et puis, vous étiez consentants ! Ils étaient consentants, mon père !

Jean-Paul 3 : La caméra, George, la caméra !

   Long silence.

Geisha Lewinsky-Clinton : Si on jouait à un jeu pour nous désennuyer ?

George Y. Bush : Ha ! Oui, un jeu ! Oh non ! Honey, les missiles téléguidés sont restés dans le parc de Baby Bush.

Geisha Lewinsky-Clinton : Heureusement qu’il est là, lui. George Z. Bush, mon fils ! Lui, il saura prendre la relève, lui, il saura m’écouter et garder le pouvoir…

Scène 5

Geisha Lewinsky-Clinton : 146ème question : George Y, en quelle année as-tu aboli le Conseil des Arts ?

George Y. Bush : Heu…

Geisha Lewinsky-Clinton : 2017. Et quand as-tu bombardé le Nunavuck, une fin de semaine de Pâques où tu t’ennuyais ?

George Y. Bush qui se lève est se dirige vers le pape : C’est où ça, le Nunavuck ?

Geisha Lewinsky-Clinton : En 2028. George Y, en quel année as-tu été cocu ?

George Y. Bush : En 2019 !

Geisha Lewinsky-Clinton : Depuis 2019.

     George caresse sensuellement JP3

Geisha Lewinsky-Clinton : Franchement, George.

George Y. Bush : Merde, peut-être que si tu essayais, toi !

Geisha Lewinsky-Clinton : On n'est pas tous des bons politiciens. On n'est pas tous versés dans l’art de changer d’orientation. Et en plus, on n'a pas tous l’immunité diplomatique, je te ferai remarquer.

Scène 6

Jean-Paul 3 : Et maintenant, pour votre dernier repas, la maison vous offre le tout dernier Big-Mac, 100 % bœuf cloné, le nouveau Big-Mac pro-vie, où lors du retrait de sa viande, la vache reste en vie pour qu’elle puisse se refaire une chair 100 % tendre. Cette semaine, le trio est en spécial. Achetez en deux et obtenez deux Coca-Cola moyen fait avec de l’eau bénite fournie par l’Église Universelle Centralisée. Parce que l’église…

Les trois : Il faut que ça se remplisse.

Scène 7

Jean-Paul 3 : Désolé. Mais votre temps est écoulé.

Geisha Lewinsky-Clinton : Moi qui voulais commencer à écrire un livre.

George Y. Bush : Vous n'allez pas faire ça, hein ? Vous n'allez pas me faire ça ?

Jean-Paul 3 : Eh oui. Votre temps est écoulé. Extrême onction refusée. Vous ne gagnerez pas une laveuse-sécheuse pour rendre les gens plus blanc que blanc. Ha ! Ha ! Ha ! Désolé.

George Y. Bush : Laissez-moi au moins remettre mon veston.

Jean-Paul 3 : Tiens, y aurait-il un homme derrière la cravate ?

    Jean-Paul met un nez de clown à George.

Jean-Paul 3 : Allez. On vous aime bien, vous savez. Les gens du jury ont décidé de vous offrir un cadeau. Un cadeau d’au revoir, nous dirons. Parce que dans le fond, ils savent que dans la démocratie, les vrais coupables, ce ne sont pas ceux qui dirigent, mais ceux qui les ont mis au pouvoir et qui les y laissent. Allez, ouvrez bêta, après nous soufflerons les bougies !!

    Il ouvre le cadeau. Le cadeau est la contrainte donnée à toutes les équipes de cette édition du 20 heures et j’en veux encore… Notre cadeau contenait des Jelly-beans. Bush les mangea et les distribua avec générosité.

Jean-Paul 3 : Bon. Êtes-vous toujours pour la peine de mort ?

George Y. Bush : Ah, oui !!

    BANG !

Geisha Lewinsky-Clinton : Monsieur JP 3, il est mort. Ne reste plus que vous et moi. Vous savez que je ne suis pas aussi coupable que lui, n’est-ce pas ? Je ne passais jamais à la télé. Je vous aime bien, moi. J’encourageais les organismes de charité de l’armée, je visitais les enfants des soldats, moi, les groupes religieux aussi. Je suis pure, moi, c’est à peine si je n’entend pas des voix. Je suis une sainte. Vous faites une erreur en me tuant, votre symbole vous l’avez, vous n’allez pas tuer une sainte, quand même, regardez ! (Elle se met du Ketchup de chez Mc Donald dans les paumes de mains). Mes mains saignent !

Jean-Paul 3 : Beau miracle ! Bravo, quelle aisance, quelle élocution ! Vous écrivez vos textes ?

Geisha Lewinsky-Clinton : Non. C’est Ron Hubbard.

Jean-Paul 3 : C’est un miracle ! La 4ème prophétie de la Fatma, le retour de Maria de la Guadeloupa, La madone qui suite 2, the return, c’est un miracle !

Geisha Lewinsky-Clinton : Épousez-moi et nous partagerons le pouvoir.

Jean-Paul 3 : Mais je suis un prêtre, madame.

Geisha Lewinsky-Clinton : Et moi, une sainte. Allez, et l’époque est moderne, après tout !

Jean-Paul 3 : Je ne sais pas, tout ça est si nouveau, si imprévu ! J’avoue que c’est bon pour les cotes d’écoutes. Mais vous êtes mariée.

Geisha Lewinsky-Clinton : Veuve.

Jean-Paul 3 : C’est vrai, mes condoléances.

Geisha Lewinsky-Clinton : Ce n’est rien.

Jean-Paul 3 : Et puis Chriss. Allez, en route pour Las Vegas. J’ai toujours rêvé de me marier en Elvis.

Geisha Lewinsky-Clinton : Monica, maman, enfin, je t’ai vengée.

Fin.
(Musique).



Merci à la Langue à Terre.

 


motelmurders