12/12/2001
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

Berliner und Bitterfeld
Check Point Charlie‘s propaganda
You are leaving the American territory

1st Check Point


Berlin, ville bicéphale, siamoise, fleur post-moderne dans un champ amer avec les restes du mur comme une cicatrice à une chirurgie froide, à une guerre glaciale et sournoise. Berlin, fenêtre sur l’envie de vivre, le dos contre la façade, la tête dans un emballage tempo, écartelée, hallucinée, amoureuse aux mots déchirés. Berliner Tankalleesraße, cold fuel rainy day, vegetario-fashisto-vert, années 80 perpétuelles, béton sensuel, kérosène fraülen, kiss the pavement, kill the clouds, let me see the sun, embrasse-moi, ich lieb id ich me moi aussi. Berlinerstaße, post cold war stress, avec des trous de balle dans les murs de l’est comme une acuponcture mondiale, comme un tatou délavé de balles perdues, comme les pellicules d’une autre époque. Ville au futur antérieur, happy no man’s land, mushroom bars, industrial night live, Kit-Kat love, sexy shy ladies, fantasmagorie, lachmagün, antenne TV, HLM bunker, parasol au balcon, Karl Marx allée. Berlin, capitale de la psychanalyse, du sofa couché, je m’explique, je suis un témoignage, je remonte l’arbre jusqu’au singe, jusqu’au macaque, jusqu’à la bête, jusqu’aux camps.

On m’accote au mur quand on a fait de ma ville une putain à quatre amants avec des check points comme une maladie vénérienne. Meet me at Check point Charlie my love, entre les sacs de sable, de poudre, de propagande et de patriotisme. You are leaving the American territory, you go to the moon, go to your room, to the soviet union, to the asylum. Love parade, Love Republic, DJ Forget, grandchild skin, head smashers, pavement killers, right wings fly low, pink is punk, punk is uniformity. Pink is punk, punk is uniformity.


Musklen:
Ring muskel, Großer burst muskel, großer sägermuskel, Fingerbeugemuskel.

 


motelmurders