29/05/2002
art mécanik
hurle
motel murders
xia

 

LES PIERRES DU MAH-JONG
17- Le riz collant de ma révolte.



DIX-SEPTIÈME RIZIÈRE ROUGE.

Avant que les temples soient tous rasés, avant que la mousson des grands glaciers nous ait avalés de ses raz de marées, avant que le centre de la terre ne s’éteigne et que les hommes fatigués n’aient plus saveurs ni tradition, j’aurai pris le temps de changer le monde, j’aurai pris le temps de te rencontrer.

Et tant que l’eau des rizières se troublera devant les hommes qui y travaillent, émue que leur sueur se mélange aux pousses tendres du riz nouveau, tant que les pierres du mah-jong cogneront avec amitié sur les tables des vieux, tant que les joueurs s’indigneront de leurs ventres creux, que l’encens de l’espoir brûlera et que la cendre des déceptions s’envolera, tant que le poisson rouge croira à la mer, tant que le thé sera chaud et l’univers infini, j’aurai la tête haute, les poings fermés, le sourire comme armure, j’aurai des enfants sous les matelas, j’aurai l’horizon comme frère et la liberté d’aimer. Je saurai m’asseoir.

Tant qu’on donnera notre argent aux machines au lieu de la donner aux hommes, j’aurai une révolte en arrière goût amer et l’envie de tuer.

 


motelmurders