12/02/2003
art mécanik
hurle
motel murders
xia

 


EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

2ème partie / Chapitre 4

Le chaudron d’eau bouillante
    N’ayant pas de système nerveux, les homards ne sentent pas la douleur.
N’ayant pas de cœur, les pharmaciens non plus.

Lorsque la nuit est tombé, nous sommes passés à table. Kaïn avait tout préparé. Homards et risotto champignon pour Saül et moi, phare brouillard aux petits poids pour lui. Le tout arrosé de vin blanc et rouge. Saül refusa de boire la limonade offerte par la maison et se servit de blanc sans retenu. Les bienheureux ont une bavette au cou et du beurre au menton.
La quatrième place restait vide.
Les homards rouges sont retournés à la mer, vide, comme de l’import-export inéquitable, comme de la concurrence déloyal, comme le sel d’Inde raffiné en Angleterre et revendu aux colonisés. Les bienheureux ont des verres tachés de doigts pleins d’huiles.
La quatrième place vide comme les homards rouges dans les vagues.
Saül, rouge vin blanc sur fond sans pigment s’est levé et s’est mis à articuler sans son et à courir sur la plage en faisant l’avion. Il chante m’a expliqué Kaïn. Les bienheureux ont les pieds pleins de sable.
La quatrième place vide.
« Je voulais te présenter Wendy, qu’il a continué. Mais je crois qu’elle ne viendra pas. Elle m’en veut, je crois. Je ne sais pas. C’est la femme de ménage du motel. Une artiste. Je n’ai pas le tour avec les femmes. »
Les bienheureux ne dorment pas seul.



motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--