19/11/2003
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 4 / 7ème partie

Calamares con limón.
    Nada mas.

Le soir venu, nous nous sommes tous retrouvés pour manger au Heaven restaurant. Nous avons collé les tables. Nous avons amené la chaise roulante de Paloma. Kaïn s’attaquait à un essuie glace. Paloma l’a regardé avec reproche. Il parlait peu. Nous, on a mangé des calmars au beurre. Avec de la lime et de la coriandre. Avec du vin blanc. Saül ne s’est servi que d’un verre. Puis, il a bu de l’eau. Comme moi.

À un moment, dans la discrétion des ventres pleins et des nouvelles amitiés, Paloma, secrète, a pris une boîte de pilules de sa bourse en faux serpent. Et elle en a gobé quelques-unes. Je l’ai surpris. Elle m’a fait un clin d’œil triste. Anachronique. Sex change recovery. Hormones once again.

Plus tôt dans la journée, Kaïn a perdu une bataille. Son corps commence à refuser. C’est comme une tôle déchirée, ses entrailles. Son estomac fuit de partout, lacéré par les mini morceaux. Le métal s’installe. Le vendeur de l’année est en train de se fendre en deux. Pour supporter le concassage, il a avalé des anti-douleurs. Secrètement. Comme une drogue illicite. Avec la folle impression de tricher parce qu’il ne supporte plus le crissement du mal en lui quand les morceaux descendent. Son amour avait avalé la télé au complet pour contrer le vide qu’il y laissait. Et lui, il n’est pas capable de souffrir jusqu’au bout pour se pardonner. Alors il souffre, mais en plus, il se haït.

Wendy elle, elle s’est enfilé un mini comprimé rose ce matin. Une pilule anticonceptionnelle. Elle ne veut pas répandre le manque autour. Son mal de vivre est peut-être héréditaire, elle se dit que ce n’est pas morale de le perpétuer. Quand elle n’avale pas une pilule ronde comme la lune, elle doit en avaler une autre, ovale comme une crampe. La mer Rouge s’ouvre en son ventre et la douleur la tord par vagues. Alors, elle avale une pilule pour supporter la marée. Ses PMS, ses syndromes prémenstruels, nous n’en parlerons pas. Les PMS sont un sujet tabou, un piège à Viêt-Nam. Vaut mieux éviter le sujet toutes catégories confondues.

Du côté des vieux, le nombre de médicament dépasse la mémoire. Mais ils ont des boîtes avec des jours dessus. Le lundi, une capsule multicolore, deux verte et une petite blanche. Le mardi, une multicolore, la petite blanche, et une grosse huileuse rose. Le mercredi, le retour des deux vertes, la multicolore et la petite blanche. Avec en prime une injection. Le jeudi… Plus personne ne se souvient des causes de ces capsules ou des douleurs qu’elles sont supposées atténuer…

Et tout le reste de l’Amérique a suivi. Les comprimés sont en spéciale. Les clients les achètent en les appelant par leur petit nom. Les modes changent. Cette semaine, le Paxil est plus en demande que le Xanax. Le Prozac est définitivement out. Les enfants ont des vitamines et des relaxants dans leurs Alpha-bits, les femmes à la maison ont des prescriptions pour supporter la télévision en pleine journée. Les antidouleurs et les antidépresseurs sont en vente libre sur l’autoroute électronique, tout le monde suit la ligne pointillée dans la même direction. Et les compagnies Pharmaceutiques n’ont pas besoins des Mood-stabilizer, leur chiffre d’affaires est assez puissant.

Pourquoi le bonheur est-il devenu une équation chimique ? Pourquoi on pleure ? Pourquoi les calmars ne sont-ils pas suffisant pour équilibrer la sérotonine de nos cerveau défectueux ? Pourquoi les gens sont si malheureux de ce côté-ci de la fin du monde ? Pourquoi le taux de suicide est-il aussi élevé en ces terres modernes et industrialisées ?

Le perroquet ne répondait pas. Il mangeait ses graines en silence. Résigné. Sans savoir pourquoi. Des petites graines blanches, d’autres vertes, d’autres multicolores. Les mêmes le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi… Sans savoir pourquoi on pleure. Sans savoir ce qu’on avale.

Les chaînes en or restent des chaînes ignobles.

5 milliards de dollars américains est dépensé par année pour le marketing et la publicité des drogues.



motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--