7/01/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 5 / 3ème partie.

Red corrida car
    Warm guns and honeymoon

Sur le noir pétrole de l’autoroute, une auto rouge sang de boeuf file comme une balle le long de la ligne blanche cocaïne. Voix-off: un couple s’engueule. Peu importe pourquoi. Puis le silence. Cut. Gros plan de la main sur le volant. Avec un jonc en or fake. Cut. Caméra 2. Gros plan d’une paire de seins. Ronds, jeunes, pleins. Soubresaut des seins tendres. Pan up, elle pleure. Leur auto rouge taureau a la poussière des mensonges. La rouille des larmes. Il conduit trop vite, les dents serrées. Elle pleure. Il y a des taches noires sur sa robe blanc mensonge. Son mascara coule sur sa robe de jeune mariée. Une fleur de papier blanc s’est flétrie au bout de l’antenne. La radio crache avec distorsion du death metal rugueux. Mais quand même le silence. Plus lourd que les speakers. Deux solitudes. Le bruit du moteur. 4000 rpm. Et le bruit de l’engueulade qui résonne. Dans le silence sans plomb. Newly wed. Nearly dead. Elle n’était pas vierge. Tout le monde le savait. Mais elle a voulu se marier en blanc. Pour qu’il y ait au moins une chose de romantique dans ce drive tru wedding. La lune de miel a le goût chimique des emballages de fast-food. La lune noire de leur voyage de noce, de leur cavale. Un motel après l’autre, tu entres, tu prends la chambre avec le sourire d’une vierge qui va se faire baiser une fois pour toutes. Tu entres, tu ne parles pas de moi, tu donnes un faux nom, tu prends une chambre. En Amérique, tout le monde a un faux nom. La vie est un cinéma wide screen quand ton nez est plein. Elle, elle rêvait de jarretelles, de riz qui tombent comme la pluie, de cloches qui sonnent et qui s’envolent, de lit immense, de rire et de jouissance mouillée dans les yeux de l’autre. Elle aurait aimé voir une maison, des enfants, des fêtes et des rires, alcooliques ou non. Elle aurait voulu voir ça dans ses yeux au moins une fois. De la tendresse. Toute simple. Elle est toute simple, elle. Elle ne veut qu’une caresse douce, silencieuse. Mais non. Le silence a une odeur de moteur trop chaud. Dans ses yeux, elle n’y voit que le rouge des poudres blanches qui laissent du noir sur les miroirs. 4500 rpm. Skit burn. Mon mariage est un hit and run. And run. And run again. Une cavale. Bad movie, série B. XXX maybe. Une bague au doigt comme une condamnation, comme une menotte. Un gun dans le coffre à gants. Des valises pleines, mais rien d’autre à se mettre sur le dos qu’une robe de mariée qui commence à puer l’anxiété et les journées gaspillées. Comment peut-on se tromper à ce point ?

*HEART SHAPED BEDS*
*PORNO MOVIES* COLOR TV*

Ils arrivent dans un éclat métallique et un crissement baveux de vieux pneus. You register, c’est un jeu, they could see me. Aim me aime-moi, cache-moi. They’re so near, you’re so hot. Vas-y. Je t’attends. Prends une chambre à l’heure.

Elle entre dans la réception. La porte guillotine se referme sur la traîne de sa robe froissée. Une chambre pour quelques heures. Le maquillage qui ment. Les yeux rouges. La robe qui se déchire. La vieille à la réception a les yeux pleins d’eau. Une habitude. Elle n’a pas l’air d’aimer les mariages. Une chambre à l’heure. Mon nom ? Maria Magdalena. Une nuit ? Vraiment ? C’est moins cher ? Ok. Mes yeux rouges ? L’émotion. Mon mari ? Dans l’auto. Il ramasse les valises. Merci pour la clef. La chambre 666. Ok.

Le soleil. Qui irradie sa robe. Une auto un peu plus loin, en construction. Elle n’y prête pas attention. Ne parle pas aux gens. Soit invisible. Belle. Elle lui tend la clef. Il claque la porte comme un verdict. Ne la regarde même pas. Et le barrage de ses yeux qui se fend encore.

Escape marriage, run away newly wed
Hit and run honeymoon.
Hit and run.
And run.
And run again.

 


motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--