21/04/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 6 / 2ème partie.

La berceuse et le tapis simili-gazon gris
    Il y a un fusil noir dans le blanc de mon lit.

Mon lit rond il y a une fille dedans. Elle m'a regardé elle m'a pas reconnu. Elle a refermé les yeux je sais même pas si elle était somnambule quand elle m'a pas reconnu. Moi non plus je la connais pas. Elle a les yeux plus triste que moi. Aussi triste que moi. Triste en tout cas. Elle s'est endormie encore. Elle dort tout le temps. Elle bouge beaucoup dans ses rêves. Elle pleure même en dormant je ne sais pas si je pleure en dormant parce que je dors. Elle dort encore. Moi je n'ai pas dormi j'ai joué dans ses cheveux dans le sens des plumes et j'ai chanté une berceuse. J'ai pas beaucoup d'air dans les poumons. La vie va vite. J'ai chanté une berceuse je ne sais pas si elle m'a entendu je suis muet. Je ne suis pas très grand non plus. Mais je dois sortir de la chambre même si j'ai le goût fort de me coller contre elle. Je dois sortir les 2 vieux tapent fort. J'espère que les vagues ont avalé mon odeur de pipi j'aimerais qu'elle trouve que je sens bon. Mes poumons sont petits tellement j'aimerais qu'elle trouve que je sens bon. Wendy sent tellement bon mais je suis trop jeune. Elle dans mon lit elle est habillé avec des vêtements trop grands qui sentent la sueur et la colère. Ça pue mais pas comme les vieux. Des vêtements d'homme. Les mouettes et moi on la regarde et on l'accepte on veut se coucher contre elle. Les mouettes sont courageuses elles se sont couchées contre elle elles se sont blotties contre elle. Moi je dois sortir de ma chambre et aller déjeuner et aller servir et aller voir les vieux laids affreux culs de dépotoirs monstres de pisses odeur je les hais je les hais je les hais.

Je sors de la chambre et je longe le simili-gazon gris jusqu'au restaurant. Elle reste endormie. Mes yeux gris sont gris. J'aimerais dormir un peu maintenant que je ne peux plus dormir du tout. Les bouts du motel dorment dans les draps de la brume.

Il y a une perle dans mon lit. Un oiseau tombé du nid. Les oiseaux qui tombent des nids et que les adultes ramassent ramassent l'odeur des adultes et la mère oiseau les repousse en dehors du nid. Je dois avoir une odeur d'adulte même si j'ai dix ans. On ne peut pas avoir dix ans toute une vie. Il y a une perle dans mon lit et définitivement elle sent l'adulte mais je ne la repousserai pas hors du lit.

J'ai pas beaucoup d'air dans les poumons.

 


motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--