05/05/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 6 / 4ème partie.

Les palmes du ventilateur
    La vie fait des tours avec bruits.

J’ai dormi tard. Check out time 10h, j’ai fait exprès, je suis passé comme la marée. Je vais rester dans la chambre 1. Tant qu’à être perdu, ici c’est comme ailleurs. J’ai regardé le ventilateur au plafond. Je l’ai fait faire des tours imaginaires, il ne bougeait pas. Moi non plus. Comme des palmes de palmiers en métal froid. Mensonges de vacance. Il y a des matins où je me réveille vidé comme une carapace de homard trop cuit. Mes rêves me bouffent et je suis trop médicamenté pour me souvenir d’eux. Je me réveille tête-bêche. Vacuum dreams.

L’odeur de Wendy traîne comme du napalm. Elle est partie. Elle ne reviendra pas. J’avale une capsule spatiale ronde et un verre d’eau. Je me rase. Comme un village. Et puis dehors. Dehors, la brume asphyxie la plage. L’eau est froide. Je ne me baigne pas. Je déjeune. Je mange des espoirs de poulets sunny side up pour mettre un peu de soleil dans mon matin. Les brumes sont dehors et en dedans. La vieille tremble quand elle m’apporte les œufs. Ses mains sont pleines d’eau de vaisselle. L’assiette tombe devant moi avec la lourdeur d’un traité d’état. Tout est lourd. Même le silence. Je vois Saül qui s’active à faire son boulot de Cendrions, de Cossette. Qui s’endort, perché sur un manche de vadrouille. Une main mouillée qui claque derrière sa tête blanche. Je n’ai plus faim. Je sers les poings. Merde. Je suis trop lâche ce matin pour jouer les héros. Je fais la grève de la faim, je crève les jaunes d’oeufs et je sors du restaurant.

De retour à la chambre, j’avale une nouvelle capsule spatiale ronde. J’allume un joint aussi. Avant-midi.

Je pars le ventilo. Je me couche sous lui, sur le lit et j’espère que l’hélice fera décoller le motel. Il fait lourd de pluie. Même avec le soleil. Je regarde le ventilateur tourner de plus en plus vite et j’attends de m’envoler. Mes yeux sont rouges comme des homards qui se retiennent de pleurer.

PRAYFORPILLS

 


motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--