07/07/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 6 / 13ème partie.

Poussée de croissance
    L’eau salée désinfecte.

Elle s’est réveillée. Moi, je m’étais endormi. Jolie comme tout malgré ses pantalons de monsieur qui sentent pas bon. J’ai eu peur. Mais rien. On reste assis un à côté de l’autre en silence mal réveillé. Assis sur le bord du lit, les pieds nus dans la paille et les plumes. Longtemps. Mes yeux se referment, mais je résiste. Ses yeux coulent. Mais elle résiste.

  - S’il vous plaît, laisse-moi rester ici.
  - (Oui).
  - ...
  - ...
  - S’il vous plaît, ne dis à personne que je suis ici.
  - (Ne t’inquiète pas).
  - ...
  - ...
  - Il est quelle heure ?
  - (Doigt pointé vers un vieux téléphone).
  - S’il vous plaît, appelle, toi. Moi, je veux pas qu’on sache que je me cache.
  - (Bouche ouverte, aucun son).
  - Tu ne parles pas.
  - (C’est ça).
  - Alors tu ne diras pas que je suis ici ?
  - (Ben non, voyons. Je ne parle jamais sous la torture. Je suis muet).
  - Tu es muet. Tu ne parleras pas.
  - (Même si je n’étais pas muet…)
  - Même si tu n’étais pas muet, tu n’aurais pas parlé.
  - (Tu es trop jolie. Mais ton odeur n’est pas à toi).
  - J’aime comment tu me regardes. Tu me fais rougir, Monsieur.
  - (Monsieur ? Monsieur ! MONSIEUR !)
  - S’il vous plaît, j’aimerais me laver. Tu as une douche ?
  - (Doigt vers la mer).
  - Mais là-bas, c’est une salle de bain ?

Elle se lève. Va vers la salle de bain. Des plumes collées sur les tuiles du plancher se décollent et se collent sur ses pieds nus. Tout le monde veut se coller à elle. Il y a des plumes sur mon plancher. Wendy ne fait pas la chambre, je suis trop jeune.

  - (La mer, c’est mieux. Pour laver ça, la mer c’est mieux. L’eau salée).
  - Tu crois ?
  - (Oui).
  - S’il vous plaît, viens avec moi.
  - (Pourquoi ?)
  - S’il vous plaît.
  - ...
  - S’il te plaît.

Je fonds. Elle a voulu sortir. Je l’ai retenu. Je ne sais pas quelle heure il est. Si les vieilles peaux lourdes la voient, elle aura à payer, elle aura sa chambre à elle, et moi, mon nid sera vide. Je ne savais pas, avant elle, que j’étais vide. Les vieux sortent marcher à n’importe quelle heure.

Je sors silencieusement par la fenêtre. Les mouettes font des ronds de guet au-dessus de nous.

Personne. Mes poumons sont trop petits depuis quelque temps.

Je lui ai fait signe. Elle sort par la fenêtre. Elle est bien, elle sait sortir par les fenêtres. On est allé à la plage. Les vagues dans la brume, dans le soleil qui essaie de se lever.

Elle a ôté sa camisole viol, ses jeans et même ses petites culottes. Elle était toute nue avec du poil entre les jambes. Et là, j’ai eu une poussée de croissance.

  - Allez, viens, toi aussi.

Alors comme elle avançait les pieds dans les vagues, les fesses aux vents je me suis déshabillé. J’étais multicolore. Et ma poussée de croissance et moi on est allé à côté d’elle. Elle était plus grande que moi j’avais ses seins au niveau des yeux. Elle avait un peu de poils entre les jambes. Ses fesses et ses seins bougeaient quand elle respirait.

  - Je m’appelle Maria Magdalena.

Et elle a plongé. Et l’océan est devenue elle. Et moi aussi j’ai plongé. Dans elle.

Multicolore.

Au loin, un homme sort de l’eau. Il est nu lui aussi. Il trébuche. Il a l’air trop épuisé pour nous remarquer.

 


motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--