04/08/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 6 / 17ème partie.

Ultra-thin nervuré
    90 % des sidéens vivent au Sud, alors que 90 % des traitements sont donnés au Nord.

  - Il faut mettre un condom, miss Paloma.

Elle a la patience d’une ex-détenue. Je me suis lavé dans la mer. J’ai avalé une Aspirine, une Tylenol, une Advil. Ensuite, en silence, je suis sorti, de retour dans 5 min. J’ai mangé un bol de céréale Alphabits pour réapprendre à parler. Une mini-boîte qui s’ouvre au centre, cut here, tu ajoutes du lait et hop. Et elle, elle m’attendait dans ma chambre, dans mon ouragan, à compter les pilules dans ma valise. Elle aussi avait été ouverte au centre cut-here tu ajoute des hormones et hop. J’ai remonté le tapis vert en plastique qui voulait être du gazon et je suis allé dans la pièce loué qui voulait être ma maison rencontrer une femme qui ne voulait pas être un garçon. Je marchais lentement. Je ne savais pas. J’avais peur de la blesser, de ne pas bander. De ne pas jouir. Je me suis toujours juré que, si jamais je tombais en amour avec un homme, il fallait que j’ai le cœur de baiser avec et de l’aimer. Ne pas regarder les humains comme des x et des y, comme des chromosomes au fond d’une mini-boîte d’Alphabits qui s’ouvre au centre et hop, mais comme des lobes cardiaques auxquels on peut se greffer. Il est sûr, pourtant que le corps center-fold des femmes m’est irrésistible. Que c’est leurs courbes qui me font rêver. Et hop.

Elle est couchée sous moi, nue, large d’épaule, carrée, sexuelle. Ses seins ont la rondeur des bouées de métal. Et j’ai encore le mal de mer qui me fait des marées.

  - Il faut mettre un condom.
  - Voyons, je n’ai pas d’utérus...
  - De nos jours, l’amour a des initiales.
  - Je me suis fait défoncer l’amour trop souvent dans des toilettes non-stérilisées pour ne plus jamais m’en faire. Avant l’opération, j’ai fait tous mes tests...
  - J’ai couché avec Wendy. Tout nu. Complètement nu.
  - Coquin ! C’était bon ?
  - Trop.
  - Désolé. Mais, je passerai de nouveaux tests avant de coucher avec mon futur bien aimé non protégé. Fais-moi l’amour tout nu. S’il te plaît. C’est important pour moi. Je veux te sentir.

Alors on n’a pas mis de condom. On a fait l’amour. Tendrement. Prudemment. Sa sexualité était encore fragile, avec les points de sutures et la douleur aux seins.

Elle n’a pas eu d’orgasme.

  - Merci mon chou. Là, vraiment, je suis une femme.

Et je ne crois pas que c’est de ne pas avoir eu d’orgasme dont elle parlait.

Ensuite, j’étais bien. Elle avait beau être une femme qui était un homme avant, c’était définitivement celle qui était le moins mélangé du motel. Je n’ai pas aimé les seins ronds comme des bouées, mais je ne lui en ai pas parlé. Ni de la pilosité. Ni de la taille des épaules comparée à celle des hanches. J’ai juste essayé d’être généreux. J’étais content d’être dans ses bras.

TSTV = freedom of choice

Mais le calme du silence et des révolutions sexuelles accomplies a été brisé. Ça râlait à ma porte. Elle s’est levée pendant que je m’endormais entre deux vagues dans les plaisirs étranges. La tendresse n’a pas de sexe. Elle a enfilé une serviette, elle a contourné l’ouragan et le minibar, courageuse, en marchant comme un canard, et elle a ouvert la porte.

Kaïn était-là, à terre, sur le simili-gazon vert. En agonie.

  - J’ai besoin d’aide. Je crois que j’ai besoin d’aide.

 


motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--