18/08/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

Chapitre 6 / 19ème partie.

Le pommier en fleur
    Ne pas jeter sur la voie publique.

Le motel est un long caméléon couché au soleil. Il change d'allure comme on change de tapisserie. J’aurais jamais cru qu’une chambre puisse être aussi luxueuse. Il y avait tout. Lit Queen, bain tourbillon, kitchenette, petit salon, immense TV. Rien à voir avec ma chambre. La télécommande n’était même pas attachée à la table de chevet. Une suite d’hôtel 5 étoiles. Le verre de la salle de bain était dans un petit emballage de papier. Il y avait, sur la cuvette de la toilette, un ruban, en papier lui aussi. Sterilized. Safe for use. Ça sentait l’argent et l’anonymat. Une vrai chambre de luxe. On aurait juré que si on regardait par la fenêtre, il allait y avoir une piscine privée. Il y avait aussi un cadre sur le mur. Mais c’était un bateau de croisière qu’on voyait. Une immense baleine blanche, un Moby Dick dompté qui mange dans la main.

La pièce sentait le parfum de Paloma. La chaise roulante était contre la porte. Ensuite, j’ai regardé sous le lit. Même pas de poussière. Même pas de Play-boy. Qu’un immense tas de bandages blancs enroulés comme un serpent. J’ai pris les bandages, je l’ai ais mis sur la chaise et, vachement impressionné par la chambre, je suis revenu sur les lieux de l’accident aussi rapidement que ma lâcheté me le permettait.

Kaïn pleurait. Il tremblait. Il morvait. Mais Paloma restait de glace. Elle m’a demandé de le lever et de le mettre sur sa chaise. Il était lourd. Maigre et lourd. Dégonflé. Puis, elle m’a dit d’aller vers le verger, de l’autre côté de l’autoroute.

  - Le portier du club travello où je travaillais m’a conté comment il est sorti de l’héroïne. Il s’était réfugié sur une réserve amérindienne, parce que la mort à rat qu’il s’injectait y était moins chère. Il couchait avec un des Micmacs. Et cet homme-là savait encore ce qu’était que l’amitié. Lorsqu’il a vu mon portier s’injecter une tempête de neige trop grosse dans son bras de blanc une fois de trop, lorsque le Micmac a compris que l’autre allait se crever avec une aiguille, il a attendu que mon ami le portier soit gelé comme un bonhomme de neige, il l’a mit sur son dos et il l’a attaché à un arbre. 2 semaines à crier. Toi, mon petit gars, la douleur, c’est ton héroïne. Tu te piques aux remords et aux souvenirs. T’as besoin de ton fix de douleur. Eh bien, detox pour toi, gamin. Cold Turkey. Tu te shoot à la culpabilité, comme un reste de chrétiens, alors, on va te crucifier.

On a traversé l’autoroute. Les arbres du verger étaient en fleurs. Ça sentait bon la vie, la rougeur, l’innocence. La chaise avançait difficilement dans l’herbe laissée à l’abandon. On a trouvé un immense pommier en plein centre. Un arbre tordu, magnifique, le chef d’orchestre du verger, grandiose, fleuri, coquet. Ses feuilles jouaient un concerto triste. Ses pommes étaient encore pudiques. On a crucifié Kaïn avec les bandages blancs. Il s’est laissé faire. Le soleil se couchait. L’indifférence est pire que la révolte. Kaïn avait arrêté de pleurer. Il fixait le soleil au-dessus du motel.

  - C’est le phare d’une moto. Il me roule dessus.

C’est tout ce qu’il a dit. Puis il y a eu le silence. On est parti. De l’autre côté de l’autoroute, je me suis retourné. Et je l’ai vu. Les bras en croix. La tête abandonné. J’avais cœur comme une pomme percé. C’était moi, le verre. Je venais d’attacher un ami à un arbre.

Libérez Barrabas.

On est rentré se coucher, penaud. Sans se parler. Chacun chez soi. Elle marchait de mieux en mieux.

  - Tu veux dormir chez moi ?
  - Non Paloma. J’ai trop vécu aujourd’hui. Désolé.

Ça l’a rendu triste. Désolé.

 


motelmurders

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--