01/12/2004
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

Intermède: Snowflake diaries
10ème frontière


Inukshuk
   

– 273° C

Le gène de la vieillesse sera bientôt isolé, comme on isole nos vieux. Ma vieille voulait mourir depuis longtemps, mais les hôpitaux ne regardent pas, ils soignent les tumeurs sans savoir pourquoi on meurt. La vie vaut plus cher que le bonheur. Ma grand-mère est restée malodorante et honteuse dans une solitude de cachot et de chaos blanc.

Ma vieille incontinente était un continent à la dérive. À l’envers. La confusion des nouveaux-nés et une odeur préemballée de linceul. Elle ne savait pas mourir. Elle ne savait plus mon nom. Et je n’ai jamais su celui de la mort. Elle était seule, et moi j’avais le téléphone comme amitié. Elle est morte quand le combiné et son électrocardiogramme ont eu la même tonalité.

Elle ne me reconnaissait plus les dernières années. La tristesse est une équation chimique, un chiffre de trop dans mon cerveau.

Je ne sais plus pourquoi je pleure. Si j’avais pu lui demander, à ma vieille, à quelqu’un d’âgé, quelqu’un qui sait. Mais mes ancêtres sont sous-vide, et je ne sais plus à qui parler. Lorsqu’elle est morte, je n’avais que des chiffres à dire.

Inuit, ça veut dire humanité.
Nous avons froids.
Sur une banquise y a une vieille sur laquelle attend la mort.
Elle a appris à son clan les mots de la nuit, les chants sacrés de l’histoire, le son de la neige froide sur les cœurs et le chemin dangereux des aurores. Mais nous n’avons plus de temps pour entendre, nous avons des chiffres à écouter.

L’homme est recouvert à 70% d’eau, le reste de peur. Il fait
– 273° C. dans un trou noir et mon cœur se refroidit. L’univers existe depuis 4 500 000 000 d’années et ma grand-mère est morte un jour de pluie. J’ai pleuré 70% par en dedans. Je ne lui avais pas dit je t’aime. Ou merci.

 


motelmurders


<--
Debut des
Snowflakes
Diaries
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut des
Snowflakes Diaries
<--