26/01/2005
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia

 

 

Intermède: Snowflake diaries
15ème frontière


Raw
   

Permafrost makes life hard to dig.

Open my arms to the butterfly kiss
Make my world as deep as the tundra
Warm my heart in iceless love
Child that knows the smell of laugh
Make my inner treasure map clean
Open my ears to the northern light’s song
Make me throw stars to the sky
Shine my tomorrows
Hold my hand
Let the hunter smell the skin
Let the birds migrate
Let the whale breath free
Let the walrus sleep
Let the sea break
And the white bear eat
Let me be me
I am a free goldfish
A skin without degrees
Without holes
Or ice frost
Show me seal skin caress
Show me the way to the friendly mammal
To the warm arms
Real kiss fills my eyes
Heal my lies
Lick my wounds dry
Hold my breath
Take my hands
Small sunsets in small bed
Wrap my love in fur whale skin
Make the roads come
Make the ocean clean
I will find the northern star
I will skin my doubts
Bloodless dreams
I will free my dogs
I will carve my soap stone heart
I will eat life’s raw meat.

I will eat life’s raw meat.

J’ai sauvé un chien. Un de ces chiens enchaînés qui traînaient à une époque le poids des hommes. Il avait cassé la chaîne. Il court, découvre, s’approche de la mer, la contemple, y joue, sur les berges de la basse marée couverte d’algues et de moules. Et le métal de son collier brisé qui se coince dans les pierres d’un bras de mer. Il regardait l’éternité se déchaîner, lui, le déchaîné, lorsque la marée s’est mise à monter. Un maillon, le même qui s’était brisé et qui se vengeait maintenant de cette nouvelle liberté. Qui se coince entre les pierres, et qui assassine avec la lenteur des éléments.

Le chien comprend. Il hurle plus fort que les vagues, plus fort que le vent et que le néant. L’eau qui avance ses lames et qui exécute au ralenti. La mort a un goût salé. L’eau est froide. La noyade sera glacée. Déjà sa chaîne commence à rouiller. Avant même qu’il arrête de japper.

Husky. Les chiens d’ici n’ont pas la langue pendante des esclaves, ni la stupidité des castrés. Ils savent faire peur. Une fois mes souliers noyés par l’eau montante de la baie, je lui ai arraché, son collier.

Il m’a suivi le reste de la journée entre les montagnes nues et les rivières sensuelles. Ensemble, on a trouvé une vieille tombe inuit, d’avant les cercueils, d’avant les skidoos et le bois.

La chaîne, le lendemain, était complètement oxydée.

Les Inuits sont-ils enchaînés, en prisons dans des maisons qui tremblent au vent, à attendre l’hiver et les courses de traîneaux ?

Inuit, ça veut dire humanité.

Tanks to Tertiluc
To kangirsujuaq

 


motelmurders


<--
Debut des
Snowflakes
Diaries
<--

-->
2ème Intermède
Les rumeurs du ramadan
-->

<--
Debut des
Snowflakes Diaries
<--