01/03/2006
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film

 

 

L'esplanade des Mosquées
24ème pierre de lancée


Qalqiliya
   

I choke

De Naplouse, je suis parti pour Qalqiliya.
Qalqiliya, ville embouteillé dans le ciment, encerclé par le mur. Ce mur de 8 mètres de haut, deux fois celui de Berlin, ce mur qui dévore 8 % à 15 % de la Cisjordanie d’après certains. D’après d’autres, il la digère au complet, ainsi que ces habitants, ainsi que l’espoir, ainsi que tout espoir de paix proche. D’autres disent qu’il stoppe 75 % des attentats. Moi, je dis qu’ils ne sont que remis à plus tard, que leur violence n’en sera que cimentée.

Qalqiliya : Qalqiliya, ville mémoire, entonnoir où s’écoule la colère, où fermente l’impuissance. Qalqiliya, ville murée, martyr urbanisé, encerclée par le mur, à gauche le mur, à droite le mur, au bout de la rue, entre moi et mon champ, entre le futur et mes enfants, le mur. Entre la paix possible et l’humiliation.

Les rats n’attaquent que lorsqu’ils se sentent piégés.

Fous de Dieu, fous du ciment, lamentations de béton, Mini caméras et tourelles immenses. Drapeaux. À certains endroits, n’approchez pas à 20 mètres du ciment, on tire, on tue. Qalqiliya, immense flash-back de Berlin, du ghetto de Varsovie, guerre froide de ciment qui fige… Mon œil est de ciment. Ma vue, de ciment. Le bout de ma rue, ciment. Le paysage, ciment. Mon champ pousse sans moi. Et mon futur... Mon futur n’existe pas.

Zoo humain. Absolue prison. Raz-de-marée figé. Colère qui se boit seule. Ville étranglée vendu pour une livre de terre. Mêmes les canaux sont bloqués, les inondations entrent dans les salles de classes, mais ce n’est pas grave, ça éteindra les explosifs, les pétards violents des enfants.

Les rats n’attaquent que lorsqu’ils se sentent piégés.

De ma fenêtre, le mur, dans mon champ, le mur, au bout de ma rue, le mur. Au Nord le mur, au Sud, le mur, à l’Est, le mur, à l’Ouest, un passage, et un barbelé et une tourelle, un drapeau libre, bleu. Et derrière des lunettes fumées, un fusil jeune. Sale.

Et de l’autre côté du drapeau, de l’autre côté de la tourelle, de l’autre côté du ciment du fusil et du soldat, de ses lunettes, une autoroute.

Une autoroute avec un jardin de fleur qui monte en pente, 8 mètres de haut.

Une autoroute pour les colonies.

SAFETY RAZOR
TARGET KILL MY CITY
CLEAN SHAVE MY MEMORY

Why is the soldier sexy? Why is she smiling?
Why does she smell good? Why is she pretty?

to exist is to resist

 


motelmurders

 


<--
Debut de L'esplanade des Mosquées
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut de L'esplanade des Mosquées
<--