22/11/2006
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

TROISIÈME PARTIE
Chapitre 9 / 3

La semaine dernière à l’émission…

Un motel. Des chambres occupées par des échoués de l’Amérique, des marginaux en quête de bonheur et de sens. Un enfant albinos et muet qui abrite une jeune mariée en fuite dans sa chambre transformée en pigeonnier pour les mouettes. Une transsexuelle en convalescence abreuvée d’hormone et de martini. Une ménagère miss Univers qui se tape les chambres et les clients. Deux frères et sœurs jumeaux haineux plus vieux que vieux derrière la réception. Un concessionnaire junkie d’amour, attaché à un pommier pour ne pas qu’il puisse continuer à manger l’auto dans laquelle sa femme s’est tuée. Un révolté qui plonge dans les vagues tout habillé à chaque soir et qui en ressort nu à chaque matin. Et un paumé, moi, qui le suit pour la première fois dans les vagues vers les immenses cargos stationnés au large à perpétuité.

Pour le début du roman sur Le Cabinet, appuyez ici.

Les crochets à clés
    On s’habitue ?

Moi : En passant devant la chambre du petit, il m’a semblé entendre rire. Je dois halluciner de fatigue, un muet, ça rie tout bas…

  - Je sprinte un coup, et on se rejoint à la réception, je dois attraper quelque chose au motel.

Et le voilà qui décolle, complètement à poil, les couilles se ballotant au rythme de sa course. Il a un tatou sur l’omoplate. US Navy. Voilà quelque chose que je n’aurai jamais. Et voilà quelque chose qui explique beaucoup de sa personnalité. Je continue à la même cadence, sans trop réfléchir.

La porte moustiquaire claque et j’entre tout nu dans la réception. Adam arrive juste derrière moi. Il me tend un passeport. Il en tient un autre dans sa main. Deux passeport de la République Populaire de Chine. Le vieux est là, le regard perdu par la fenêtre dans la marée montante. En nous voyant arriver, il se retourne et ne pose pas de question. Il ouvre le registre poussiéreux, Adam se penche et signe Lî Chen. Le vieux lui donne la clé 7. Je me penche ensuite et je signe Min Chen. Clé 1. Je dégouline encore quand j’emprunte le simili-gazon qui mène à nos chambres.

  - Tu veux manger quelque chose ? Je t’invite.

Et c’est à ce moment que je me rends compte de l’ampleur de ma faim. On entre nu dans le restaurant, comme si de rien n’était. Je vais me laver les mains, comme un réflexe rapidement acquis sur le cargo. Puis, omelette de 6 oeufs aux champignons et jus de pamplemousse. J’avale les œufs comme un ogre, un orque. Lui se contente d’une salade de fruit et d’un café filtre.

  - Merci.
  - C’est bon.
  - Tu veux continuer ?
  - Oui. On le fait une autre fois ensemble, ensuite, si ça te va, j’irai seul et tu passeras la nuit avec Wendy. Elle est bien Wendy. Tu lui fais du mal, et je te coule de l’autre côté de la 700e vague, je te le jure.
  - C’est noté. Tu ne peux pas en parler à personne, tu comprends ?
  - De Wendy ?
  - Des cargos. Je viendrai te chercher à la tombée de la nuit. Je t’expliquerai à ce moment-là comment ça marche, où prendre les noms, les vêtements et les passeports. Dur première journée, le type à la moustache. Je suis désolé.
  - C’est bon. C’est la vie.
  - Non, ça c’était la mort. Merci encore. Il s’appelait comment ?
  - J’ai jamais su. C’est ça qui me trouble le plus.
  - Tu verras, c’est comme la nage, on s’habitue. Eh oui, malheureusement, on s’habitue même à ça. Jamais complètement, mais quand même… L’horreur doit être un muscle qu’on peut entraîner. Café ?
  - Non merci. Je vais me coucher.
  - Bonne journée. À ce soir.
  - C’est ça. Embrasse Wendy pour moi.

Le chanceux. Et là, pour la première fois, j’ai l’impression de voir sa superbe assurance se fendre, sa carapace rétrécir et son regard fuir. Lui qui nage dans ce que le monde à de plus glauque avec le naturel d’un poisson rouge, il rougit.

  - Et si tu pouvais aussi être discret à propos de Wendy, ça me plairait.

Difficile à avaler, le bonheur…

 


motelmurders

 


<--
Debut du roman
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--