16/05/2007
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

TROISIÈME PARTIE
Chapitre 10 / 11

La semaine dernière à l’émission…

Un motel. Des chambres occupées par des échoués de l’Amérique, des marginaux en quête de bonheur et de sens. Un enfant albinos et muet qui abrite une jeune mariée en fuite dans sa chambre transformée en pigeonnier pour les mouettes. Une transsexuelle en convalescence abreuvée d’hormone et de martini. Une ménagère miss Univers qui se tape les chambres et les clients. Deux frères et sœurs jumeaux haineux plus vieux que vieux derrière la réception. Un concessionnaire junkie d’amour, attaché à un pommier pour ne pas qu’il puisse continuer à manger l’auto dans laquelle sa femme s’est tuée. Un révolté qui plonge dans les vagues tout habillé à chaque soir et qui en ressort nu à chaque matin. Et un paumé, moi, qui le suit pour la première fois dans les vagues vers les immenses cargos stationnés au large à perpétuité.

Pour le début du roman sur Le Cabinet, appuyez ici.

Bière froide / Cold beer
    Wet T-shirt Contest

Kaïn : Le soleil me fixe. J’ai soif. J’essaye de me concentrer sur la douleur, sur la honte, sur elle, mais à tout moment, il y a des publicités de bière froide qui apparaissent dans ma tête. Je veux penser à la mort, à la douleur, mais tout à coup, « Vous avez soif ? C’est que vous ne buvez pas la bonne bière. Heineken, la bière qui rafraîchit vraiment… »

Je n’ai jamais aimé les fruits. J’aimais mieux la viande et les demoiselles. Mais aujourd’hui, je mangerais bien un melon d’eau. Ou encore une partie de mon auto. On s’y habitue à manger du métal. J’imagine qu’on s’habitue a tout. Mais c’est la bière froide qui est la plus jolie. Après ma femme évidemment. Buy now, pay later. Je n’arrête jamais de payer.

Il n’y a aucun nuage dans le ciel. Je vais brûler. Je ne sais pas si c’est dans ton plan, Paloma, mais je vais bientôt halluciner. C’est beau, une fleur de pommier. J’ai une fourmi comme meilleure amie.

Du bruit.

Il y a quelqu’un derrière moi. Je suis sûr, il y a quelqu’un derrière moi.

  - Monsieur, pourquoi vous êtes attaché ?

Une voix de femme. Ça y est. Les hallucinations. Jeanne d’Arc et tout les bûchés, les électrochocs et les camisoles de forces, ça y est. La schizophrénie, si on intervient assez tôt, il est possible de la contrôler. Malheureusement, les médicaments ont beaucoup d’effets secondaires…

  - J’ai besoin d’aide, Monsieur.

Il paraît que certains patients de bandent même plus… Mais ça, ça va, moi, je ne bande pas depuis que j’ai remis mon permis de conduire…

  - Répondez-moi, s’il vous plaît, ne soyez pas mort…

À moins que ce soit plutôt le delirium tremens… Ça doit être ça. Évidemment que c’est ça, je suis en manque. C’est ça le but d’être attaché comme un muffler troué. Être en manque. Cold turkey.

  - Êtes-vous morts ? Oh mon dieu… Oh mon dieu, ils vont penser que c’est moi.

Tant qu’à halluciner…

  - Vous auriez pas bonne bière froide ?
  - Vous n’êtes pas mort ?
  - Je ne suis pas sûr… Pour la bière, vous pourriez me rendre ce petit service ?

L’hallucination contourne l’arbre. Une fille. Jeune. Jolie, mais maigre. Une chemise et un pantalon tout mouillé. Les pieds pleins de sables. Tout blancs, tout petits… Et la chemise… Avec l’eau… C’est bien d’halluciner, j’ai mon propre Wet T-shirt Contest à moi tout seul. Plus vrai que vrai.

  - Pardon, mais votre chemise est mouillée…
  - Je sais, j’ai dû laver les pantalons…
  - Vous pourriez la décoller de votre corps, s’il vous plaît ?
  - Pardon ? Oh… Pardon.

La voilà qui rougit. C’est beau une hallucination qui rougit. Quand elle détache sa chemise de sa poitrine, je remarque qu’elle cache quelque chose dans son dos.

  - Pourquoi vous êtes attaché ?
  - Parce que… Je ne sais pas comment expliquer ça… Je mange mon auto, donc mes amis qui ne veulent pas que je crève sous les pneus de mon souper m’ont attaché par amitié.
  - Par amitié ? Je comprends pas mais ça doit être des vrais amis parce que ça n’a pas l’air confortable votre histoire, donc si vous dîtes que c’est des amis après le coup qu’ils vous ont fait, ben c’est que vous les aimez, parce que sinon, vous seriez furieux… Moi, j’ai pas beaucoup d’amis. À vrai dire j’ai pas d’ami. Ben c’est pas vrai, j’en ai un, je sais pas son nom, mais je crois que c’est mon ami, peut-être que non finalement. Peut-être qu’il m’a abandonné…

Loquace, l’hallucination…

  - Vous pourriez m’aider ? demande-t-elle alors.
  - Je ne sais pas, mais je veux bien essayer. Peut-être, contre quelque chose à boire ?
  - Je cherche un petit monsieur albinos…
  - Le groom, un Monsieur ?
  - Vous le connaissez ? Il s’appelle comment ?
  - Le groom ? Saül.
  - Saül. C’est un beau nom. C’est un ange. Je suis sûr que c’est un ange.

 


motelmurders

 


<--
Debut du roman
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--