25/07/2007
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film

 

 

EDEN’S MOTEL
NO TRESPASSING

Roman en construction,
Speed limit 50 m/h

TROISIÈME PARTIE
Chapitre 10 / 19

La semaine dernière à l’émission…

Un motel. Des chambres occupées par des échoués de l’Amérique, des marginaux en quête de bonheur et de sens. Un enfant albinos et muet qui abrite une jeune mariée en fuite dans sa chambre transformée en pigeonnier pour les mouettes. Une transsexuelle en convalescence abreuvée d’hormone et de martini. Une ménagère miss Univers qui se tape les chambres et les clients. Deux frères et sœurs jumeaux haineux plus vieux que vieux derrière la réception. Un concessionnaire junkie d’amour, attaché à un pommier pour ne pas qu’il puisse continuer à manger l’auto dans laquelle sa femme s’est tuée. Un révolté qui plonge dans les vagues tout habillé à chaque soir et qui en ressort nu à chaque matin. Et un paumé, moi, qui le suit pour la première fois dans les vagues vers les immenses cargos stationnés au large à perpétuité.

Pour le début du roman sur Le Cabinet, appuyez ici.

Conseil d’administration
    Nouvelle direction.

Moi : Il est difficile de rester insensible à l’image de Kaïn en train de se déshydrater sur son pommier. Surtout que les pétales qui l’entourent sentent bon. 3ème jours sans boire ni manger… Déjà ses joues sont creuses, l’os de sa mâchoire exubérant. Depuis longtemps, les yeux sont cernés de tous côtés, injectés de sang et de culpabilité.

  - Kaïn… Tu m’entends ?
  - As-tu trouvé le petit ?
  - Non. Personne ne l’a vu depuis deux jours. La petite à la chemise est toute bouleversée. Attention, Paloma, Adam et Wendy arrivent, ils ne savent pas à propos de la petite.
  - J’ai soif…
  - Elle est restée cachée. Je l’ai trouvé en dessous du lit de Saül. En larme. Ça m’a tout pris pour la calmer. Elle ne veut pas sortir de la chambre. Ça me va que je lui ai répondu. Comment les filles de 18 ans peuvent être aussi démolies ?
  - Tu manques d’imagination. Il y a mille façon de démolir quelqu’un, de le saboter, de l’avorter même…
  - Les autres arrivent.
  - C’est qui Adam ?
  - Le joggeur.
  - Le nudiste ?

Et nous voilà. Réunion au sommet au creux d’un arbre, en rond dans les pétales. Paloma essaie de dégriser et les deux autres se supportent mutuellement en se tenant par la main. Kaïn cuit au soleil comme une tomate séchée. Il y a un papillon multicolore qui tourne autour de la tête d’Adam et qui se pose finalement en plein milieu de ses cheveux. Personne ne passe de commentaire.

Et nous voilà en train d’établir un plan de sauvetage, une battue à la grandeur du motel.

  - C’est une guerre ouverte entre le petit et les deux vieux, commence Kaïn, la tête lourde. Détachez-moi et je les fais parler sinon, je brise leurs dents de plastiques.
  - Personne ne brise rien, enchaîne Paloma la bouche pâteuse. Et personne ne te détache, le traitement n’est pas terminé. Ils logent où les vieilles peaux ?
  - En haut du motel répond Wendy. Je ne fais pas le ménage là-bas, ils s’en occupent.
  - Tu penses qu’ils peuvent l’avoir séquestré ?
  - Dans le meilleur des cas, je réponds. Au pire, ils l’ont haché et nous l’ont servit en hamburger.

Alors on convient d’un plan. Wendy va faire diversion pour le vieux pendant que je fouille les chambres du haut. Adam va aller voir la vieille et pendant ce temps, Paloma s’occupe de la cuisine.

  - Et moi, je fais quoi ? demande Kaïn.
  - Toi, tu es le cerveau, la base. On revient te voir dès qu’il y a du nouveau, Commandant, lance l’infirmière Paloma.
  - Allez, détachez-moi, je veux vous aider… Je l’aime autant que vous, le petit…
  - Et nous aussi, on t’aime. C’est pour ça qu’on te laisse ici, tranche-t-elle en l’embrassant.

Puis elle se relève et se dirige vers l’autoroute en titubant. Et nous, on la suit. Désolé Kaïn, tu es commandant, mais elle c’est le ministère de la défense…

 


motelmurders

 


<--
Debut du roman
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du roman
<--