13/02/2008
art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film

 

 

Fake dollar bills
5000$

Chapitre suivant du carnet de voyage
Fake dollar bills, écrit à l'été 07,
au sud des Us of A.

La frontière
    Border patrol

Terre de désolation. Là où le serpent se prend pour une frontière. Quetzaltcoalt entre les serres de l’aigle blanc. La où le serpent se sent seul. Où il n’a que du silence comme bruit, la nuit. Que de la douleur, du mépris. L’odeur du plastique brûlé, le souvenir du soleil aveugle et assoiffé. Là où le serpent se prend pour une autoroute bordée des croix de ses victimes et de carcasses d’auto, du métal rongé par la chaleur et le soleil, des carcasses impudiques, nues en dentelles rouillées. Épaves couchées sur le dos, les essieux vers le ciel, abattue, vaincue, voilée par la chaleur, offerte aux rayons vicieux, au vent et aux voyeurs, évanouie, asséchée, le corps ouvert, offert, malgré la route qui avance, jamais dans la bonne direction, la route, jamais vers le rêve, vers l’argent envoyé à la famille. La route qui même au mythe. À la solitude des foules et des villes vampires, vers la chasse ouverte, les boulots illégaux et l’errance. À l’anonymat, la perte complète et la trahison. Qu’une route sèche. Unidirectionnel. Une route qui ne change jamais de peau. Comme le rêve. Une route bordée de croix, des accidents. Une route de fantômes, de clandestins morts assoiffés, évadés, entre deux pays. À bout de chance et d’espoir. Terre de désolation. Là où l’eau ne vient pas. La où viennent les morts. Les errants et sans domiciles. Ceux qui troquent la fierté pour un coin du rêve.

Là où les vautours passent sans problème et sont rois.

À chaque 2 secondes, un camion de marchandise franchit la frontière nord-américaine.
À chaque minute, un Mexicain tente de franchir clandestinement celle du sud.

BORDER PATROL

 


motelmurders

 


<--
Debut du carnet
de voyage
Fake dollar bills
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut du carnet
de voyage
Fake dollar bills
<--