08/04/2009   

art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film
Bookmark and Share Partager

 

 

Fat man et Little boy
7e texte

Le langage des pierres et le silence des méduses.

5e RENCONTRE
    air.



Local. Mao joue. Seul. Il fait tout ce qu’il ne devrait pas faire chez lui, mettre du papier dans l’eau, renverser de l’eau dans le sable, sur le plancher, mettre de la peinture sur les murs etc. Aucune réaction de la part de Nagasaki. Rien, pas un mot, ça dure, ça dure…

Pendant ce temps, Madeleine prend un bain avec mousse.

Et Hiro-Hito marche. Avec sa cloche.

Nagasaki : Tu as un frère ou une sœur ? Moi, j’en n’ai pas. Et quand j’avais ton age, j’étais seule, alors, je parlais à quelqu’un d’autre… Ma tante appelait ça mon garde-robe. Et tout à coup, je voulais que la porte du garde-robe reste ouverte quand je dormais, pour que mon ami puisse venir dormir avec moi dans mon lit quand ma tante allait être parti…

Mao ne dit rien. Un silence. Long.

Hiro-Hito : J’ai les mains moites. De mes paumes sort une rosée de petites gouttes rondes, parfaites, de l’humidité condensée, de l’eau avec du sel, des vitamines, des enzymes… Dans chacune des perles qui y repose, qui constellent mes mains, la vie pourrait être créé. Un éclair et l’algue bleue est née, ensuite, le reste n’est que fatalité. Les poissons sortent de l’eau, les dinosaures, le froid et les dessins de chasse sur les murs des cavernes, le feu, la roue, la démocratie, la soie, la poudre et la bombe atomique.

Aujourd’hui est le plus beau jour de ma vie.
Le public entre.

Les spectateurs s’installent. J’entends les colliers de perles, les baises mains, et la digestion des foies gras, du caviar et du riz fermenté. J’entends dans les ventres gras, les bulles de champagne éclater. J’entends le rire des mondains, la fausseté des cocus et l’adultère comme mode de vie. Il y a des gens pour qui le silence est insupportable.

De tous les sons, le corps d’une femme est le plus beau. Ils sont venus écouter l’âme du monde. Et déjà, par leur présence, je sais que l’absence sera difficile, le silence demandera toutes mes connaissances pour naître et j’ai les mains moites. Je vais suspendre le vent, obliger les atomes à cesser de tourner, l’univers à cesser son expansion.

J’entre.
Ils applaudissent.
Leur tourner le dos.
Rester concentrer.
Entendre la bulle du silence entre chaque impact des mains, entendre entre le filet du bruit, les parcelles solides du silence. Entendre la vie dans la mort. Entendre la contradiction. Le paradoxe. Qu’ils me poignardent, mon dos est ouvert, offert. Je n’ai plus rien, que ma baguette entre les mains. Que le chant des baleines depuis la nuit des temps, l’écho, et la pluie sur les vagues.
Je retiens ma respiration.
Mon cœur, je le dompte. Il arrête de battre.

Je suis prêt.

Si je peux faire entendre le silence à ces gens, au moins j’aurai fait quelque chose de ma vie. Si je peux les faire écouter ce qui se passe en eux, entendre ce qu’ils se disent au plus profond de leur âme, je ne serai pas un cadavre, mais un homme. Je n’ai rien fait d’autre. Je ne suis pas un amant, ni un mari, ni un père. Je ne suis que ça. Que ce silence. Écoutez-moi. Je vous en prie, écoutez-moi. J’ai fait de ma vie une horreur qui ne se dit pas. J’ai fait une chose qui ne se dit pas. Entendez-moi.

Nagasaki : Mao, il va falloir ranger maintenant.

Mao fige.

Nagasaki : Je vais t’aider.

Elle se met à tout ranger. Finalement Mao se détend et donne un coup de main.

Mao : Vous savez, je suis une fille même si j’ai l’air d’un garçon, d’ailleurs je n’ai pas l’air, l’air, pour moi, il y a un tube qui me l’apporte. J’habite une tente. J’ai des seins qui percent ma chemise. Mais je ne le dis pas.

Puis il se tait.

Nagasaki Ne réagissant pas au fait qu’il parle : J’ai passé une belle journée avec toi, Mao.

Mao sort. Il entre tout habillé dans le bain avec Madeleine. Comme il entre, elle en sort. Il plonge la tête sous l’eau et ne ressort pas.

 


motelmurders

 

 


<--
Debut de la série "Fat man et
Little boy"

<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut de la série "Fat man et
Little boy"

<--