20/01/2010   

art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film
Bookmark and Share Partager

 

 

Les systèmes polaires
12e texte

Bienvenue dans mon aile psychiatrique, au milieu de mes mille personnalités.

Singularité gravitationnelle
    La solitude est exponentielle.

Dans sa sonde, un homme écrit à l’amour de sa vie. Vu la vitesse de la lumière, elle est morte depuis des centaines d’années. Lui, ne vieillit pas. Il meurt et ne fait que mourir.

À quoi ça sert d’augmenter la duré de la vie si les hommes sont malheureux ?
La vie est six fois moins lourde sur la lune que sur terre. J’ai brûlé mon gazon vert en plastique de synthèse recyclé, j’ai crevé ma piscine hors terre, et je me suis crevé mes yeux de ses larmes de mercure bleues. L’Amérique est une banlieue de l’histoire, un vieux condom percé, une terre de pûtes et de bâtard avec un billet de 100 dollars dans le nez. Ne jamais mélanger un policier pour un killer whale affamé. L’océan est devenu trop petit pour me laisser entrer, je saigne du rouge à lèvre. 9 volts, 8 secondes à vivre, 7e ciel, 6 balles, 5 côtés aux dés truqués, 4 chambres d’hôtels sales, 3X, 2 amoureux et une bombe à retardement.

Je veux sucer le poison hors de mon bras, je veux sucer l’amour hors de tes jambes, tes lèvres sont des serpents venimeux, ta peau est une overdose, et je reviens, je reviens, je tourne autour de l’univers dans le sens contraire. La lune est six fois plus légère avec toi. Même le soleil met ton parfum, même les champs s’habillent comme toi. La lune ne tourne pas, elle garde un œil sur toi. En dessous de ta jupe. Et la terre me roule dessus. Le silence est l’univers noir entre nous, l’espace intersidéral est le froid entre toi et moi, trop froid pour que je puisse rester seul. Je m’ennuie de toi. Le silence détone comme une bombe. Mon ennui est en expansion comme l’univers, plein de poussières d’étoiles dans l’œil. Mais le temps passe moins vite pour toi. Alors, je serai le big-bang. Le soleil se shoot de toi, je suis en manque. Les couchers de soleils horny à tes côtés sont de l’héroïne douce. Je suis en manque. Je me tiens au bout de l’aiguille comme l’univers à l’heure zéro, je suis le big-bang et le vent est chaud sur ma peau nue. Je suis le big-bang et tu es la balle perdue.
Il faudra des gènes modifiés pour arriver à respirer l’air des villes de demain.

Singularité gravitationnelle : En relativité générale, une singularité gravitationnelle est une région de l'espace-temps au voisinage de laquelle certaines quantités décrivant le champ gravitationnel deviennent infinies. La formation d'un trou noir va de paire avec l'apparition d'une singularité gravitationnelle en son sein. L'univers observable est issu d'une phase dense et chaude, le Big Bang. Cette phase dense et chaude pourrait elle aussi être issue d'une singularité gravitationnelle.

killer whale

 


motelmurders

 

 


<--
Debut de la série "Les systèmes polaires"
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut de la série "Les systèmes polaires"
<--