01/09/2010   

art mécanik
hurle
Eden Motel
xia
Film film
Bookmark and Share Partager

 

 

L'AN ZÉRO
Huitième grain de riz sous la langue

Cambodge, carnet de voyage, printemps 2010.

S-21
    Le tableau noir des pires horreurs.

Une école. Un lycée. Encore les tableaux noirs aux murs. Les tuiles, oranges et blanches, fossiles de la course des écoliers à la fin des cours. 1975. Phnom Penh est vidée. L’école aussi. Barbelés, gardes, prisonniers. Les cris des tortures recouvrent le souvenir des jeux d’enfants. Les tableaux noirs restent sur les murs. Les tuiles veulent s’arracher, courir à l’extérieur, l’horreur glace. Les tuiles restent. Le sang y perle. Les gouttes s’y vaporisent. Le niveau augmente, l’inondation hémoglobine. La lente progression de la folie. Les dents arrachées et les morsures de la psychopathie idéologique. Près de 20 000 sont passés. 7 ont survécu.

Un photographe. Il pose systématiquement les prisonniers. Le systématique de l’horrible est important. Noir et blanc. Malheureusement, le photographe a du talent. Dans les yeux de ces derniers portraits, la fin du monde. La détresse fait âme, encore et encore. L’avant et l’après du regard de la mort. Ils meurent, d’autres tuent. Ils crient d’autres torturent. Sans fin. Les lits sans matelas. Les vies sans valeur. D’autres cris. Sans retenir. Et la vitre a honte de ne pas être plus épaisse. Et la peinture s’écaille de voir ce que l’homme peut faire.

Le sadisme ici est une école. Le sang sur les tuiles. Des lits en fers dans les chambres de tortures. Des prisonniers cordés, une barre de fer aux pieds, la faim, l’homme devenu merde. Le sadisme ici est une école. Les enfants l’apprennent dans les salles de classes. Ce sont eux maintenant qui porte les armes, qui creusent les fosses. L’avant après. L’an zéro. On redéfinit la fin du monde. Les mots deviennent trop courts, les murs, trop lourds. Rien ne nous sépare des pas des meurtriers. Ils sont encore là, à errer dans les jungles, les mégapoles. Leur chef souffre de la malaria, meurt d’un arrêt cardiaque. Il avait donc un cœur. Et les palmiers poussent dans les fosses communes.

Et des photos. Chaque prisonnier, les yeux ouverts, sous le flash. Le talent de l’horreur. Des taches d’encre sur les négatifs, le contraste précis de la photo, l’expression du regard. Le dernier souhait d’un condamné. Son passeport pour quitter l’humanité. Son passeport vers la monstruosité, là où les mots doivent s’inventer pour décrire l’ampleur de la folie. Le mégaphone hurle. Ils ont pris des photos. Ils ont coulé le buste du frère numéro un dans le ciment. Ils ont encagé leur pays. Ils ont creusé les fosses communes et ont économisé les balles en assassinant à l’arme blanche. Ils ont fait de la vie un dépotoir de violence, des mots une idéologie psychopathe, et des miettes, les entrailles des rationalités et des utopies déviantes.

Le pays, creusé. Les gens aux rizières. Une immense fosse commune des illusions de nos progrès. L’homme nouveau est un génocidaire. La systématisation des massacres reposait sur des idées. Des concepts ont valu plus que la vie et l’âme d’une nation. Les massacres fait par la faim prennent sources dans les gênes des dinosaures qui sommeillent en nous. Avec nos idées, notre pensée, nos idéologies et nos idéologues, l’horreur atteint alors des degrés d’efficacité, de productivité enviable aux économistes. L’horreur devenue système. La violence glorifiée. Le sadisme scolarisé.

Et les tableaux noirs sont encore aux murs des salles de tortures.

KAMPUCHEA DEMOCRATIC
TUOL SLENG
1975-1979
Office S-21

1975………………154 prisoners
1976……………2,250 prisoners
1977……………2,350 prisoners
1978……………5,765 prisoners
Duch, a former mathematics teacher, was chief of office S-21.
These figures do not include children killed by Khmer Rouge; the figure is estimated at 20,000. The imprisonment in S-21 lasted 2 to 4 months. Political prisoner were held between 6 or 7 months.

Code bar: 8840 0075

douch-s-en-tire-avec-19-ans-de-prison
http://www.ledevoir.com/international/asie/293247/douch-s-en-tire-avec-19-ans-de-prison

 


motelmurders

 


<--
Debut de la série "L'AN ZÉRO"
<--

-->
Texte suivant
-->

<--
Debut de la série "L'AN ZÉRO"
<--