23/01/2002
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

 

La touffe des quatres fleurs vagabondes
Première épisode

Chers lecteurs !
Xia vous souhaite une année 2002 remplie de bonheur, de paix et de chinoiseries de toutes sortes !

On commence l’année en grand avec un band de Taiwan composé de 4 filles complètement hystériques qui veulent renverser tabous et traditions taiwanaises en choquant et en faisant " autrement ". Voici donc trois de ces filles (la 4ième s’excuse profondément) qui vont sûrement vous amener une vision différente de l’image que vous avez de la femme taiwanaise...en attendant, voici le groupe !


" La touffe des quatres fleurs vagabondes "


Lin Jie You
Drummeuse du groupe

Ses amis l’appellent Mo. Taiwanaise, 27 ans et célibataire (elle tient à le préciser).Pianiste, elle a étudié le piano pendant un an à Malibu, Californie. Elle est aussi drummeuse et danseuse, et joue de la viole depuis l’âge de 12 ans. Elle fait partie de la minorité A Mei, une des dizaines de minorités ethniques existant encore à Taiwan. Elle vient d’une famille de musiciens ; toute sa famille aime chanter et jouer de la guitare. Quand ils se rassemblent dans la maison familiale, ils se retrouvent inévitablement à faire la fête toute la nuit autour de quelques instruments de musique.

" J’ai rencontré Wan Jun (la lead du groupe) dans son studio de travail, c’était la copine de mon ancien copain, et elle m’a dit ; " tu joues déjà du piano veux-tu faire partie d’un band ? Elle faisait partie d’un groupe de musique underground et j’allais souvent l’écouter jouer. Je trouvais qu’elle était géniale alors on a commencé à jouer ensemble et on a trouvé d’autres gens pour jouer avec nous. Dans ce band, je suis drummeuse, j’ai étudié le drum à Taipei. Je n’avais qu’une condition c’était de ne pas jouer du piano !! étant donné que je n’avais jamais été drummeuse, je me suis dit o.k. ! j’essaie ! on a alors trouvé une autre personne mais c’était sur que l’on ne voulait pas de gars ! parce qu’on voulait un band de filles.

La pression de la famille est énorme. Mes parents trouvent qu’une fille qui joue du piano cest plus charmant, et le salaire est aussi plus intéressant. Alors ils veulent que je sois pianiste pour toute ma vie. Mais depuis deux ans, je fais du théâtre. Ils sont très déçus. La première pièce de théâtre à laquelle j’ai participé parlait de prostitution. Toutes les filles dans la pièce étaient des prostituées. Avant la première représentation, j’ai mis 4 billets sur la table de la cuisine pour ma mère ; j’ai laissé une note qui disait ; " maman, ce soir j’ai un show, j’espère que vous allez venir ! " ensuite, ma mère m’a appelée pour me dire : " c’est quoi cette pièce de théâtre ? J’ai vu ta photo dans le journal, tu étais collée à un homme, qu’est-ce que tu fais au juste ? (mon père tient à ne jamais perdre la face). Aujourd’hui en regardant le journal ne crois-tu pas que ton père n’ait perdu la face à jamais ? Comment notre famille peut-elle avoir une fille comme toi ? " Elle était hystérique. Alors je lui ai dit : " c’est seulement une pièce de théâtre maman! C’est ça le théâtre ! Si vous ne voulez pas venir et bien donnez les billets à ma tante ! " J’ai appelé ma tante en pleurant et je lui ai dit de venir. Elle m’a dit qu’elle allait amener ma mère. Et ma mère est venue.

Le spectacle était à 19h30 alors à 19h00, avant qu’ils arrivent, je suis allée m’asseoir sur la chaise que ma mère allait occuper. Et je regardais la scène en me disant ; " aujourd’hui tu dois être géniale ! " pour qu’elle voit ce dont je suis capable. Je me suis mise beaucoup de pression pour cette représentation. Je pleurais avant le spectacle et un des acteurs m’a dit : " on est tous passé par là ; mes parents aussi quand ils sont venus me voir ils ne comprenaient pas. Mais je crois que tu dois faire ce que toi tu trouves bien pour toi. S’ils te voient sur la scène et que tu es géniale ; ça va changer leur perception du théâtre. Après la représentation, j’étais très triste parce qu’ils ne sont pas venus me voir dans les coulisses. Ils sont retournés à la maison directement. Et pendant des jours ils ne m’ont pas parlé. Depuis ce temps, notre relation s’est détériorée. Ils sont très traditionnels. J’habite avec eux et à chaque fois que je vais travailler, je sors en disant que je pars travailler et ma mère me dit : " Tu vas faire quel travail au juste? T’es certaine que tu vas travailler ? Je crois que tu ne devrais pas y aller ". Mais je tiens à mon choix. J’adore le théâtre mais je trouve que de ne pas avoir leur support est très difficile. Je voudrais qu’ils viennent me voir jouer mais bon, c’est comme ça.


A suivre la semaine prochaine !


Xia ge libai jian !
A la semaine prochaine !
chinoiseries@lecabinet.com