06/02/2002
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

 

La touffe des quatres fleurs vagabondes
troisième épisode


Lu Wan Jun
Guitare électrique

Célibataire (elle tient aussi à le préciser...)
Xia : Quel âge as-tu ?
Wan Jun : Quoi ? Il est hors de question que je réponde à cette question ! J’aurai toujours 18 ans !!
Xia : Tu as étudié en quoi ?
Wan Jun : J’ai fait les beaux arts.Après mes études, j’ai écrit des articles pour les magazines, et je suis allée travailler dans une cie de décoration intérieure. Mais maintenant, je travaille à mon compte.

Xia : Comment as-tu commencé à faire de la musique ?
Wan Jun : J’aimais un gars, et il était chanteur dans, à mon avis, un des meilleurs groupes underground de Taiwan. La première fois que je les ai vus jouer, je me suis dit que moi aussi je voulais monter sur la scène ! Alors, avec Mo, on s’est dit : " Ok, on prends des cours ! Alors j'ai commencé à prendre des cours de guitare électrique et Mo a commencé ses cours de drum.
Xia : Pourquoi vouloir faire un groupe de filles seulement ?
Wan Jun : Parce que tous les groupes mixtes que l’on connaissait oppressaient les filles qui en faisaient partie et le lead revenait tout le temps au gars. Je trouve que les filles ont souvent moins de chance de montrer leur force et en fait on est souvent plus faible que les gars, alors on espère que notre band va nous donner, aux quatre, encore plus de force dans la vie de tous les jours.

Xia : Pour les occidentaux, la Chine et les pays orientaux sont beaucoup plus traditionels que nous ; est-ce difficile pour vous de concilier tradition et underground ?
Wan Jun : En fait, je ne crois pas que Taiwan soit plus traditionel que l’Occident. Même que je crois que les filles taiwanaises ont plus de liberté que les occidentales ! Par exemple, les occidentales ont beaucoup d’étiquette dans leur façon de s’habiller et de se comporter avec les autres. Les échanges entre filles à Taiwan ne sont pas aussi compliqués selon moi. On est très vite ami, sans politesse d’usage, comme si on se connaissait depuis longtemps. Et on s’habille comme on veut.

Yilei : On a moins de règles, de façon de parler. Mais bon , on fait quand même partie de l’underground taiwanais alors c’est difficile à dire...
Xia : Vous préoccupez-vous de ce que les gens peuvent penser de vous et de votre musique ?
Wan Jun : C’est certain. ça nous fait quelque chose mais on finit par passer par-dessus et faire ce que l’on a à faire. De toute façon, on fait juste montrer ce qu’on a dans les trippes, on est comme ça, pourquoi il faudrait changer ?
Yilei : La société définit la fille taiwanaise comme une belle fille sage, avec une famille et un mari. On est pas rendu là.
Wan Jun : C’est pas qu’on est pas rendu là c’est juste qu’on essaie mais on y arrive pas !!!! On trouve pas de copain ! Bien sûr il y en a des gars qui aiment les filles comme nous mais ils se sauvent en courant !! À la fin ils ne nous supportent plus et partent !!

Xia : Parce qu’à la fin, ils veulent trouver une femme à marier que leur parents vont aimer et qui va s’occuper des enfants à la maison ?
Wan Jun : Exactement. Il y a des fois où on se dit : " Quand on va être vieilles, si on pouvait continuer à faire de la scène et des shows où on s’éclate complètement ce serait génial. Mais il y a d’autres fois ou on a envie de trouver quelqu’un et d’ avoir une famille.... C'est pour ça qu’on a commencé à se demander comment faire pour piéger un mec et avoir une famille. Alors on commence à étudier les choses de " filles " avec plus d’attention.
Yilei : Elle a commencé à s’acheter des produits de beauté !!
Wan Jun : Ouais, j’ai l’intention d’utiliser ces produits pendant trois mois, de piéger un gars et on verra bien...
Yilei : C'est pas facile tout ça ...
Wan Jun : Quand je vois les filles qui se mettent de la crème pendant des heures je trouve ça complètement con ! Et en plus les compagnies de produits de beauté séparent les crèmes en différentes sortes! Hier, la fille au magasin m’a expliqué pendant des heures les différentes étapes... Je me suis presque endormie ! Je lui ai dit d’arrêter son baratin et de me donner le plus simple ! Comment peut-elle penser que je vais avoir la patience de me mettre de la crème pendant si longtemps ?

Xia : Sur un autre ordre d’idée...Avez –vous des projets à long terme pour le band ?
Wan Jun : Plein ! Mais on doit d’abord régler le problème fondamental du groupe, qui est de chacune se trouver un mec ! Alors, première étape, trouver des mecs que l’on trouve de notre goût, et deuxièmement, s’arranger pour qu’ils ne nous voient jamais en show !
Xia : Comment est-ce possible qu’ils ne savent pas que vous avez un groupe ?
Wan Jun : On a qu’à les assommer avant les shows et les réveiller une fois que c’est fini! De toute facon, il manque de mecs à Taipei : ils sont soit mariés, soit gaie, ou trop jeunes (et là ils ne peuvent rien faire) ou trop vieux (sans intérêt).
Xia : Bon, mais finalement, une fois que vous aurez trouvé des mecs, quels sont vos projets ?
Wan Jun : Je crois qu’il faut mettre quelque chose très clair : je ne sais pas pour les autres mais mon rêve c’est que notre band ne devienne jamais un vrai band de musique sérieux. J’espère qu’on va continuer à déconner et à ne pas se prendre au sérieux à chaque fois que l’on va monter sur une scène. J’espère aussi que l’on va continuer à participer à tous ces festivals des arts super ennuyants seulement pour monter sur la scène et ridiculiser toutes les grosses vedettes qui se croient si géniales. On veut leur montrer comment ils sont ridicules dans leurs beaux habits et dans leurs rôles de super star et qu’on a pas l’intention de suivre leur façon de faire.


Xia : Croyez-vous être encore ensemble dans dix ans ?
Wan Jun : Je sais pas mais si on vit toutes jusqu’à 80 ans c’est sûr qu’on va faire de la musique ensemble. On pourrait s’appeler " la touffe des 4 grands-mères défaillantes "...

 


Xia ge libai jian !
A la semaine prochaine !
chinoiseries@lecabinet.com